Les start-up du pays d'Aix dans la cour des grands

AIX-EN-PROVENCE 

Une cinquantaine seront présentées aux patrons lors des Rencontres économiques

Entreprise - Economie - Les start-up du pays d'Aix dans la cour des grands
Lionel Minassian, directeur de Pays d'Aix Développement, veut profiter des Rencontres économiques pour mettre en contact start-up et grands patrons.

PHOTO DR

 

Investir pour inventer demain... Non, il ne s'agit pas d'un sujet de l'épreuve de philosophie du baccalauréat mais bel et bien du thème évocateur des 14e Rencontres Économiques qui se tiennent à Aix-en-Provence du 4 au 6 juillet. Créé en 2001 par le Cercle des économistes (fondé en 1992 par l'économiste français Jean-Hervé Lorenzi), ce rendez-vous de réflexion et de débats du monde économique, devenu désormais incontournable, accueille cette année encore, ministres, grands patrons, universitaires de tous bords, venus des quatre coins du monde. Pendant trois jours, ces spécialistes vont dessiner les contours d'un nouvel avenir économique mondial.

Comme à chaque fois, Pays d'Aix Développement (PAD), l'agence de développement économique de la communauté d'agglomération du Pays d'Aix, accompagne les Rencontres Économiques afin de valoriser les entreprises locales et promouvoir les territoires. L'an dernier, PAD décidait de présenter une vingtaine de start-up du Pays d'Aix à des grands patrons. L'objectif ? Tisser des liens et favoriser les passerelles entre les petites et grandes entreprises.Devant le succès de cette initiative, Lionel Minassian, le directeur de PAD a choisi de réitérer l'opération.

Sur quel concept repose votre initiative ?
Lionel Minassian : "Nous sommes fiers d'accueillir les Rencontres Économiques d'Aix-en-Provence, et de mettre en avant le dynamisme des entreprises du Pays d'Aix. L'an dernier, nous avons décidé d'aller plus loin et de profiter durant trois jours de la présence de grands patrons de l'industrie pour leur présenter des jeunes créateurs d'entreprise. Nous avons donc eu l'idée d'inviter une vingtaine de start-up locales à participer aux différentes conférences et ensuite de les mettre en relation avec des dirigeants d'entreprise, français et étrangers.

Quels résultats tirer de ces rendez-vous ?
L.M. : C'est difficile de dresser un bilan exhaustif. Mais des contacts ont été noués, des rendez-vous ont été organisés. Certains sont encore en phase de prise de contacts, d'autres sont plus avancés avec des contrats en perspective. Nous avions organisé cela sous forme de speed-dating grands patrons/start-up où chacun avait une dizaine de minutes pour se présenter. Et cela a marché.

Cette année, vous passez la vitesse supérieure...
L.M. : Oui, nous avons décidé de prolonger cette expérimentation et d'inviter une cinquantaine de start-up régionales. Comme l'an dernier, vendredi soir, nous présenterons 25 d'entre elles à des dirigeants d'entreprise pour leur permettre de développer leurs réseaux et d'échanger sur leurs expériences respectives alors que d'autres, plus concernées par ce secteur, participeront au repas organisé par la SNCF. Enfin, samedi matin, avant le début des conférences, nous convions les 25 autres jeunes pousses à un petit-déjeuner animé par Internetx et par CM-CIC Securities afin de les initier au fonctionnement du marché boursier. La Bourse peut être aussi un moyen d'aller chercher des financements, de trouver des partenaires et de créer de la richesse".


Des retombées

L'an dernier, une vingtaine de start-up étaient présentées à des grands patrons. Certaines ont déjà enregistré des retombées.

C'est le cas d'Anyces (Meyreuil), spécialisée dans la conception de périphériques servant de passerelles entre des objets nomades communicants et des installations d'immotique ou de domotique : "Cette soirée 2013 nous a donné l'occasion de transformer M. Louis Gallois en VRP de notre start-up. Nous avons décroché plusieurs rendez-vous avec ADP. Nous travaillons à définir un projet sur lequel nous pourrions collaborer."

Je donne mon avis (infogérance des applications mobiles, design et développement...) : "Nous avons à la suite des journées économiques 2013 avancé en particulier avec EDF ainsi qu'avec Boloré. Même si les contrats ne sont pas encore finalisés nous sommes en bonne voie pour mettre en oeuvre dans certains établissements et filiales d'EDF des solutions de recueil et traitement d'avis des usagers. Cet événement a donc constitué un accélérateur de business."

 

Geneviève Van Lède